Education

Un témoignage de Béatrice Ray

Six lettres qui ont changé toute ma vie. J’ai choisi de me former en CNV (Communication Non Violente) en 2008 parce que je ne comprenais pas pourquoi quand « j’osai dire ce que je souhaitai ça avait un impact émotionnel sur l’autre dans mon couple que je trouvais disproportionné et en même temps j’aspirai à ce que cela soit « fluide ».

Apres avoir lu le livre sur communication « Non violente » de Marshall Rosenberg, je me suis dit ça à l’air simple… et en même temps j’avais tellement peur des sectes, du développement personnel de la psychothérapie que je voulais voir ce que cela donnait en « vrai ».

J’ai rencontré en chair et en os Pascale Molho, docteur qui faisait une conférence sur la CNV et la dépression, je me suis dit ça n’a pas l’air drôle mais efficace et a cette période de ma vie c’est tout ce qui ‘m’importais.

La colère m’a mené rapidement à faire cet approfondissement thématique de la CNV en Suisse en 2009 où malgré la confiance dans la formatrice et mon élan à transformer cette émotion, je n’arrivais pas à me connecter au « besoin racine ». Héléne m’a proposé de faire une pause et je suis allée dans le jardin. A l’époque j’avais également repris du Qi kong car je me savais déjà bien éloignée de mon corps. Et là, la magie du corps et de l’intention de la CNV : « comment se rendre la vie belle ?» a pour moi et pour la première fois de manière consciente m’a permis de me relier au « besoin ». En me laissant faire un mouvement libre et en le regardant le besoin de protection était dicible.

Héléne Domergue-Tappolet m’a alors dit le mouvement va t’aider, vient cet été avec Stella Guntner nous faisons un stage CNV-AMS donner du corps à la parole et la parole au corps !
Depuis lors, je sais que pour moi j’ai besoin d’apprendre à aller dans mon corps pour pouvoir exprimer verbalement mes « sentiments » et mes « besoins » dans toute leur nuance.
L’intention de la CNV ( voir le texte Marshall sur le terrorisme ), ici pour m’accompagner dans les prisons. Je me suis accrochée à cette intuition et ma confiance dans ma « puissance de douceur » pour me préparer à aller en prison 2016 dans les quartiers dit « des détenus violents » pour pratiquer de l’Art Martial Sensoriel ensemble avec l’axe d’apprendre à bouger sans se faire mal, d’accueillir le stress…

Pendant un an, je me suis reliée à l’intention d’être en lien avec des êtres humains comme moi et tout de moi était dans la martialité constructive sur des tatamis « extra quotidien «  pour tous pour accompagner chacun à aller dans ce lieu de « repos » d’où part l’action si cher à l’AMS et à la qualité de présence nécessaire pour accompagner en ai-cnv ! www.ai-cnv.com
C’est le lieu où j’ai fait la synthèse des deux approches diplôme en ai-cnv et certificat en pédagogie perceptive spécialité en art martial sensoriel en 2013.

Aujourd’hui je sais que l’AMS et al-cnv partent et arrivent au même endroit ! Ces approchent partent du cœur et arrive à la paix intérieure et extérieure. Le chemin entre les deux n’est pas exactement le même et en même temps et l’un et l’autre ont besoin du corps et du verbe

L’application de la CNV avec un starter verbal semble plus facile et plus concret dans le quotidien (voir le TED EX de Pascale Molho : https://www.youtube.com/watch?v=sVmQeyZ9fPk).
Et en même temps elle est tellement consciente de l’importance du corps (elle est venue pratiquer l’AMS le 4 juin à paris 2017) comme le prérequis pour vivre le processus de la CNV.
Dans l’accompagnement humaniste développé aux Etats Unis de Carl Roger avec lequel Marshall Rosenberg a été formé en psychologie, avec Eugene Gendling et Thomas Gordon chacun a pris son chemin en connaissance du travail des autres. Ainsi Marshall boxait avait toute confiance que le corps et l’auto-empathie pouvaient se rejoindre avec le focusing par exemple.

Pour ma part, je suis tellement reconnaissante à la pédagogie perceptive issu de Danis Bois de m’avoir donné les outils pour pouvoir apprivoiser la sensation, la perception corporelle de manière autonome dans mon corps par le mouvement martial que Martine de Nardi a développé dans l’AMS car pour moi la pratique ludique a été un vecteur d’apprentissage et d’élan à aller vers moi et l’autre dans la relation sur des tatamis ! Et me permets de relier ma « tête » à mon corps de manière a être au service l’un de l’autre.

Ainsi j’utilise la CNV dans ma communication en dehors des tatamis mais avec tout de moi, et je cherche à vivre l’empathie bienveillante qui part d’un lieu de repos et dire authentiquement le plus souvent possible je tends vers…
J’ai à cœur de mettre l’AMS comme starter dans ce que je propose notamment dans les relations adultes-enfants, car la CNV est un processus, une posture naturelle, dont l’adulte se coupe « nice dead person ». C’est un chemin pour retrouver de l’« empathie » et son expression authentique.
Pour faire ce chemin vers la paix !

Il me semble que traverser et transformer mes colères, mes peurs, et les mettre en mot au lieu de passer à une action, à des actes, parfois irrémédiable est mon aspiration consciente. Lorsque je ne suis pas relier à moi, je ne prendre pas la responsabilité de ce que je vis et je suis une « gentille ou pas, personne morte » qui ne dit pas au service de la vie.
Alors apprendre à ne pas me couper de moi, le vivre avec les enfants c’est ma contribution a leur montrer de rester dans l’élan naturel de contribuer à son bien-être, celui de l’autre et de
l’environnement car il en à le choix dans la pratique sur tatamis à partir de 6 ans avant voir absolument : Une éducation bienveillante pour un monde plus humain |

Mes références : 

CATHERINE SCHMIDER | TEDxCanebière

L’ouvrage de référence de Marshall B. Rosenberg Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) – Introduction à la communication non violente.

De l’art de se rendre la vie plus belle | Pascale Molho | TEDxReims